Nous contacter Rechercher
Visitez le site de la ville de BeauvaisBienvenue sur le site de la ville de Beauvais

Site officiel de l'agglo du Beauvaisis

Newsletter    
Newsletter de l'Agglo du Beauvaisis

Partage Des arbres pour la biodiversité à Verderel-lès-Sauqueuse


À travers un contrat « Natura 2000 », Verderel-lès-Sauqueuse s’est engagée à préserver, pendant trente ans, une partie de ses bois.

Après une vaste campagne de plantation de plusieurs kilomètres de haies dans le cadre de la création de la déviation de Troissereux et la protection de ces bois, forêts et haies dans son plan local d’urbanisme, Verderel-lès-Sauqueuse vient de déposer, auprès des services de l’État, un contrat Natura 2000 visant à conserver, durant 30 ans, une cinquantaine d’arbres afin de favoriser la biodiversité.

Le lieu-dit « Mont de Guéhengnies », classé en zone Natura 2000 dès 2004, abrite des habitats forestiers typiques des côteaux calcaires qui ne cessent de se raréfier en Europe en dépit de leur bonne représentativité dans l’Oise. Ces milieux forestiers accueillent de nombreuses espèces menacées telles que des orchidées sauvages ou des espèces de chauves–souris (Grand murin, Murin à oreilles échancrées, Grand rhinolophe…).

C’est en partie pour ces dernières que le conseil municipal de Verderel-lès-Sauqueuse a décidé de mettre en place un contrat Natura 2000. En échange d’une indemnisation de l’Europe et de l’État, la commune s'engage à conserver sur pied des arbres ayant atteint leur diamètre d’exploitabilité et montrant leurs premiers signes de sénescence (écorce décollée, branches mortes, cavités).

Le vieillissement de ces arbres va permettre d’accueillir de nouveaux animaux : les pics vert ou noir vont venir creuser leurs loges, les chauves-souris s’abriter dans les microcavités tandis que les rapaces nocturnes prendront possession des creux des arbres. Une chouette hulotte a d’ailleurs déjà élu domicile dans le plus vieil arbre du peuplement, un hêtre centenaire d’un mètre trente de diamètre.

Pour aller un peu plus loin encore, le conseil municipal a également accepté de dédier une surface d’un hectare et demi au développement naturel de l’écosystème forestier sans intervention sylvicole.



Partager cet article
Retour à la page précédente   Haut de page